Sélectionner un domaine d'étude:
Classement arrow_right

Les investissements dans le digital ont porté leurs fruits

Alors que la pandémie de la COVID-19 oblige les entreprises du monde entier à repenser leurs activités, UBS s'appuie sur des investissements réalisés bien avant la crise. STEFAN SEILER explique comment l’avance prise dans le digital et des solutions innovantes ont pu garantir la stabilité, même en temps de crise, et ceci tant pour les collaborateurs, pour les clients, que pour la gestion des affaires.

Stefan Seiler; Photo : UBS

L’ANNÉE A ÉTÉ MARQUÉE PAR LA COVID-19. COMMENT UBS L’A-T-ELLE VÉCUE?

En tant que banque, nos responsabilités se partagent entre nos clients, nos collaborateurs, nos investisseurs et la société. Ceci aussi en temps de crise. Nous avons pu continuer à offrir à nos clients l’ensemble de nos services. Nos collaborateurs ont rapidement compris que, malgré la crise, nous devions maintenir nos prestations et que nous avions un rôle social à jouer. C’était très motivant. Le quotidien a évidemment beaucoup changé. Dans le monde entier, plus de 80 % de nos collaborateurs ont travaillé à domicile. La sécurité de tous était primordiale. Ces adaptations, combinées aux efforts personnels de chacun, nous ont avantagés en tant qu’employeur.

QUE CELA SIGNIFIE-T-IL CONCRÈTEMENT?

Très tôt, nous avons créé une Task Force globale et des unités de crise régionales afin d’assurer la continuité de nos activités de manière stable et durable. Nos investissements constants dans les compétences digitales et dans un mode de travail agile ont porté leurs fruits. Nous avons pu offrir à nos clients des services et des plateformes en ligne fiables et de qualité. Avant la crise, la digitalisation croissante et les formes de travail modernes étaient déjà des thématiques. Grâce à nos programmes de formation ciblés, nous avons pu compter sur des bases solides.

QUELS RÔLES JOUENT LES RESPONSABLES?

Ils ont un rôle central. Gérer des collaborateurs à distance sur une longue période tout en assurant la cohésion et la sécurité, ainsi qu’en donnant des consignes claires, peut être compliqué. Certains avaient déjà beaucoup d’expériences avec le travail virtuel et la conduite d’équipe globale, d’autres moins. Nous avons proposé des formations ciblées et développé des pratiques de gestion innovantes. Nous avons adapté notre programme de mobilité interne en utilisant notre technologie existante pour identifier les collaborateurs disponibles qui disposaient des connaissances nécessaires afin de venir en aide dans les domaines où la charge de travail augmentait. Les responsables ont aussi dû démontrer un nouveau degré de flexibilité et de force d’innovation.

COMMENT LES COLLABORATEURS ONT-ILS RÉAGI?

Ils ont fait preuve de créativité et de volonté d’essayer de nouvelles choses. Ensemble, ils ont initié et élaboré des solutions, le Remote Onboarding, par exemple. Nous souhaitions continuer à recruter des talents pendant la crise. En quatre jours, nous avons donc mis au point, avec plusieurs équipes, une solution afin d’engager des candidats de manière 100% digitale. La rapidité d’implémentation des solutions innovantes a été remarquable.

LE TRAVAIL À DOMICILE ET LES FORMES DE TRAVAIL FLEXIBLES SERONT DE PLUS EN PLUS IMPORTANTS. En tant qu'employeur innovant nous allons contribuer activement à ce changement.

QUEL EST LE RÔLE DES RH DANS CETTE SITUATION?

Son rôle est très important. Surtout au début de la crise lorsqu’il y avait beaucoup d’incertitudes, tant au niveau privé que professionnel, il était impératif d’adopter une communication intense et transparente. Afin d’être proches des collaborateurs nous avons mis en place une hotline RH, disponible même les weekends. Nous avons aussi immédiatement adapté nos directives relatives à la garde d’enfants et avons offert tout le temps libre nécessaire afin que nos collaborateurs puissent gérer leurs affaires privées, sans se faire du souci pour leur travail. Nous avons également développé notre programme de volontariat.

POURQUOI S’ÊTRE CONCENTRÉ SUR LE VOLONTARIAT?

En tant qu’employeur de grande envergure, nous avons une responsabilité sociale. Avant la crise, nos collaborateurs avaient déjà la possibilité de bénéficier de deux jours de travail pour différentes causes. Pendant la crise, nous avons doublé ces jours et les avons adaptés à la situation. Nos collaborateurs ont, par exemple, fait les courses pour des voisins âgés ou ils ont soutenu des personnes isolées en leur téléphonant. Ils ont été nombreux à saisir ces opportunités afin de faire quelque chose de bien pour la société et pour eux-mêmes.

COMMENT LA CRISE A-T-ELLE IMPACTÉ LA FORMATION ET LA FORMATION CONTINUE?

Grâce à des formats innovants, nous avons adapté notre offre de formation de manière flexible aux nouvelles conditions. Nous continuons à embaucher des apprentis, ainsi que des jeunes diplômés universitaires, et nous leur proposons une formation ciblée. Cette année, nous avons, par exemple, complètement digitalisé notre programme de stage. Dans l'ensemble, la formation continue a progressé. Les collaborateurs sont actifs sur le plan de la formation et notre engagement en tant que leader dans ce domaine reste ininterrompu.

QUE VA-T-IL SE PASSER MAINTENANT?

Le travail à domicile et les formes de travail flexibles seront de plus en plus importants. En tant qu'employeur innovant nous allons contribuer activement à ce changement. Pour nous il est clair que des formes de travail différentes émergent. La COVID-19 nous a montré ce qui était possible à cet égard: la technologie le permet, les collaborateurs l’apprécient et les responsables savent le gérer. Et nos clients vont continuer de bénéficier de l'excellence des services d'UBS.

TEXTE : Martin Gschwentner

NOM : Stefan Seiler
POSTE : Responsable des ressources humaines du Groupe UBS

A PROPOS DE L’ENTREPRISE

UBS est le premier gestionnaire de fortune au monde. En Suisse, elle est la banque universelle la plus importante et est active dans cinq domaines d’activité: banque de détail, gestion de fortune, clientèle commerciale et institutionnelle, banque d’investissement et gestion d’actifs. Elle sert un tiers des ménages, les particuliers fortunés et les caisses de pension, ainsi que 120'000 entreprises.

NOMBRE DE COLLABORATEURS : au niveau du Groupe: environ 70'000 collaborateurs, dont 30 % en Suisse

BESOIN EN PERSONNEL : la palette est large – conseillers à la clientèle, chefs de projets, informaticiens, analystes.

VOIE D’ACCÈS À

L’ENTREPRISE : embauches directes, stages, apprentissages ou programmes de relève

CONTACT : 

www.ubs.com/careers

Top 100 commerce/économie

  1. Google
  2. Rolex
  3. Credit Suisse
  4. LVMH
  5. McKinsey & Company
  6. United Nations
  7. Swiss International Air Lines
  8. Microsoft
  9. Banque Nationale Suisse
  10. Administration Fédérale
  11. Goldman Sachs
  12. J.P. Morgan
  13. Four Seasons Hotels and Resorts
  14. Boston Consulting Group (BCG)
  15. FIFA
  16. EY (Ernst & Young)
  17. Nestlé
  18. PwC (PricewaterhouseCoopers)
  19. Patek Philippe
  20. UEFA
  21. World Economic Forum
  22. L'Oréal Group
  23. SBB CFF FFS
  24. Coca-Cola Schweiz
  25. Novartis
  26. Schweiz Tourismus
  27. Bank Julius Bär
  28. Roche
  29. Migros Gruppe
  30. L'Aéroport de Zurich
  31. CICR (Le Comité international de la Croix-Rouge)
  32. Bain & Company
  33. Swisscom
  34. Lindt & Sprüngli
  35. Mandarin Oriental Hotel Group
  36. Swiss Re
  37. Morgan Stanley
  38. IKEA
  39. Procter & Gamble (P&G)
  40. Pictet
  41. Accenture
  42. Swatch Group
  43. Raiffeisen
  44. Zürcher Kantonalbank
  45. Philip Morris International
  46. Hyatt
  47. IWC Schaffhausen
  48. IBM
  49. InterContinental Hotels Group
  50. Swarovski Group
  51. SRG SSR
  52. HSBC Private Bank
  53. Johnson & Johnson
  54. Coop
  55. PostFinance
  56. EF Education First
  57. Chopard
  58. Accor
  59. La Poste
  60. HEINEKEN
  61. Stadt Zürich
  62. Partners Group
  63. La Mobilière
  64. Zurich Insurance Group
  65. Siemens
  66. Unilever
  67. Lombard Odier & Cie
  68. Strategy&
  69. Swiss Life
  70. LGT
  71. NZZ Mediengruppe
  72. Hilti
  73. ABB
  74. Manor
  75. Schindler
  76. Emmi
  77. Kuoni
  78. Logitech
  79. AXA
  80. Allianz
  81. Fossil
  82. VZ VermögensZentrum
  83. Victorinox
  84. Tamedia
  85. Huawei
  86. IATA
  87. H&M
  88. Deutsche Bank
  89. Roland Berger
  90. Feldschlösschen (part of Carlsberg)
  91. Bayer
  92. Aldi Suisse
  93. Baloise Group
  94. Union Bancaire Privée (UBP)
  95. Banque Cantonale Vaudoise

Les plus belles progressions - Classement commerce/économie

  1. The Adecco Group
  2. Mandarin Oriental Hotel Group
  3. SRG SSR
  4. Hyatt
  5. Accor
  6. Administration Fédérale
  7. Patek Philippe
  8. Hilti
  9. Zurich Insurance Group
  10. Firmenich
  11. Banque Cantonale Vaudoise
  12. PostFinance
  13. Strategy&
  14. United Nations
  15. Partners Group
  16. Bayer
  17. Four Seasons Hotels and Resorts
  18. World Economic Forum
  19. EF Education First
  20. Vaudoise Assurances

Challengers - Classement commerce/économie

  1. La Mobilière
  2. Schindler
  3. Siemens
  4. Bühler Group
  5. IKEA
  6. Bank Julius Bär
  7. Generali Versicherungen

Top 100 ingénieurs

  1. Google
  2. ABB
  3. Siemens
Voir la liste complète

Top 100 Informatique

  1. Google
  2. Microsoft
  3. IBM
Voir la liste complète

Top 60 Droit

  1. Administration Fédérale
  2. CICR (Le Comité international de la Croix-Rouge)
Voir la liste complète

Top 100 Sciences naturelles

  1. Roche
  2. Novartis
  3. Google
Voir la liste complète

Top 70 Sciences Santé/médecine

  1. Médecins Sans Frontières
  2. UniversitätsSpital Zürich
  3. INSELSPITAL, Universitätsspital Bern
Voir la liste complète

Top 100 Humanités / Sciences sociales / Éducation

  1. United Nations
  2. CICR (Le Comité international de la Croix-Rouge)
  3. Administration Fédérale
Voir la liste complète